Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

CARDINAUX


CARDINAUX (Les). Nom de quatre rochers se trouvant près de l’île de Hoëdic, au large de l’estuaire de la Vilaine, en Bretagne. Bataille navale du 21 novembre 1759 qui vit la victoire anglaise d’Edward Hawke et de ses trente-deux vaisseaux sur le maréchal de France Hubert de Brienne, comte de Conflans, et ses vingt-et-un vaisseaux et à laquelle participèrent, notamment :

  • le mousse Joseph-Marie Nielly, futur baron de l’Empire et futur vice-amiral, qui fut blessé alors qu’il n’avait que huit ans ;
  • l’enseigne de vaisseau Charles-Joseph Mascarennes, chevalier de Rivière, futur contre-amiral, qui se trouvait sur l’Orient ;
  • le prince Louis-Armand-Constantin de Rohan-Montbazon, capitaine de vaisseau, futur vice-amiral, qui commandait le Bizarre ;
  • le chevalier Auguste-Louis de Rossel, enseigne de vaisseau, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur le Dragon ;
  • le marquis Armand-Philippe-Germain de Saint-Félix, garde-marine(*), futur vice-amiral, qui se trouvait sur la Calypso ;
  • le lieutenant de vaisseau Charles d’Arsac, chevalier de Ternay, futur chef d’escadre, qui, sur l’Inflexible, se distingua en réussissant à sortir de la Vilaine le Dragon, le Robuste et l’Éveillé qu’il ramena à Brest ;
  • le garde-marine(*) Jean-Louis Trédern de Lezerec, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur le Solitaire ;
  • le comte Pierre-René-Marie de Vaugiraud de Rosnay, garde-marine(*) sur l’Orient, futur vice-amiral ;
  • le commissaire général d’artillerie Sébastien-François Bigot de Morogues, futur lieutenant général des armées navales, qui commandait le Magnifique ;
  • le garde-marine(*) Pierre-Louis-François Buor de La Charoulière, futur contre-amiral, qui se trouvait sur l’Éveillé ;
  • le garde-marine(*) Charles-François-Philippe de Charnières, futur capitaine de vaisseau à titre posthume, qui se trouvait sur le vaisseau amiral de Conflans, Soleil-royal, vaisseau commandé par le capitaine Bidé de Chézac ;
  • le lieutenant de vaisseau Charles-René Sochet, chevalier Destouches, futur contre-amiral, qui se trouvait sur le Dauphin-royal ;
  • le garde-marine(*) Charles Ducouédic de Kergoualer, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur le Robuste ;
  • l’enseigne de vaisseau Jean-François du Cheyron du Pavillon, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur l’Orient ;
  • le garde-marine(*) Guillaume-Jacques Liberge de Granchain de Semerville, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur le Sphynx ;
  • le vicomte Jacques Grenier, garde-marine(*), futur chef de division, qui se trouvait sur le Dragon ;
  • le comte Nicolas-René-Henri de Grimouard, futur vice-amiral, qui se trouvait sur l’Inflexible ;
  • le lieutenant de vaisseau François-Pierre Huon de Kermadec, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur le Magnifique ;
  • le comte Thibaut-René de Kergariou-Locmaria, enseigne de vaisseau, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur l’Orient ;
  • le capitaine de vaisseau Guy-François de Coëtnempren, comte de Kersaint, qui commandait le Thésée et qui fut englouti avec son vaisseau ;
  • le garde-marine(*) Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse, futur capitaine de vaisseau, qui se trouvait sur le Formidable ;
  • le capitaine de vaisseau Louis-Charles Levassor, comte de Latouche, futur lieutenant général, qui commandait le Dragon, et son fils Louis-René Levassor, comte de Latouche-Tréville, garde-marine(*), futur vice-amiral, qui se trouvait sur le navire de son père ;
  • le comte Henri-Pantaléon de Macnemara, garde-marine(*), futur chef de division, qui se trouvait sur l’Orient ;
  • le garde-marine(*) Henri de Paschal, marquis de Rochegude, futur contre-amiral, qui se trouvait sur l’Orient.

Les historiens anglais donnent à cette bataille le nom de bataille de Quiberon.

(*) Jeune gentilhomme qui, avant 1789, remplissait les fonctions dévolues aujourd’hui aux aspirants.

Bibliographie : Guy Le Moing, La bataille navale des Cardinaux, Économica, 2002.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site